Monday, 22 February 2016

Très bel entretien de Fabrice Acquilina avec Bernard Li Kwong Ken dans L’express Dimanche du 21 février 2016.
Ce dernier est le premier. Le premier ‘chairperson’ à dire des vérités qui dérangent. Comme moi qui, à chaque occasion, ne manque jamais de dire combien le monde muséal mauricien est un ‘foutoir’. Sauf que je le dis depuis au moins 50 années ! Comme moi, qui dénonce à tout venant, l’incroyable ‘laxisme’ des responsables des musées et de la culture en général à Maurice. En maintes occasions j’ai écrit et demandé la révocation des membres et des chairpersons du Mauritius Museum Council. Merci Bernard Li.
Et tout récemment encore je disais amicalement à Bernard Li sur FB que je serai sans pitié si d’aventure il ne sévissait pas contre l’incurie qui subsiste  au sein du Mauritius Museum Council et que je serai le premier (encore !) a demander son limogeage et celui des autres membres qui finalement ne sont que des ‘poupettes dookia’. Au fait que font-il ces membres ? Combien touchent-ils pour ne rien dire ? Pourquoi le Mauritius Museum Council, sous le chairman Gorah Beebeejaun, n’a jamais voulu me donner la liste des membres. Vivement le Freedom of Information Act !   Ces membres aujourd’hui sont :
M. T Garburrun, (APS), Mme R Jheengul, (Analyst) Mrs A Seenunden, (APS), Mme Laxmi Devi Rupear, (APS), M. D Rupear, (Directeur), M. D. Ramrachia (Directeur), Daramraj Boodhoo (Chercheur, écrivain, nouvellement nommé), M. R. Sookaram (idem), Mme Noelette Dantier, M. G. Heerowa et M. Y Von Arnim.
Si Bernard Li Kwong Ken enquête, il faut aussi reprendre le mobilier de l’Institut de Maurice vendu par M. Beebeejaun à lui-même ou retrouver un vase datant de trois siècle A.D. et qui avait été donné au Gouvernement mauricien par Levi Eshkol, PM d’Israël le 12 mars 1968, ou des albums photos qui étaient à l’Institut. Tu fais ton enquête : nous tous nous l’approuvons. Mais il faut le faire dans la transparence et devant accusés et accusateurs. Ta franchise doit faire honneur à tes parrains. Donc je demande à tes protecteurs de te donner carte blanche pour ne pas te taire sur les dérives muséales. Je sais, cher Bernard que ‘todisan marsé’  quand on te parle de moi mais je parle comme tu parles! Avec sincérité et passion. Alors dois-je pour autant être victime de ton orgueil ?


Le 20 déc.2015  je poste sur FB : Certains documents et objet du Musée Naval de Mahébourg ont été utilisés, parait-il, pour promouvoir un centre commercial à Flacq. Si cela s'avère vrai, l'Etat mauricien a-t-il perçu des droits? Si non, qui en a été l'instigateur? Et qui en a donné l'autorisation? Le transfert de ces objets dans un changement climatique différent pourrait les affecter. Le Museum Council est-il au parfum? L'Etat mauricien est-il en train de déliter?
Est-ce normal? Ces objets et documents seront-ils restitués dans leur état d'origine? Y a-t-il eu délit?



Le 11 jan. 2015 j’écrivais sur FB: “Que va faire l'ICAC maintenant qu'il a été mis au parfum par un amoureux du patrimoine, (M. G. Chuttoo), concernant l'exposition des objets appartenant au Musée de Mahébourg et qui sont exposés dans un espace commercial à Flacq dont le 'évent manager' n'est autre que le Chairman du Mauritius Museum Council qui normalement devrait veiller à la bonne gouvernance de ces objets d'ordre patrimonial et de grande valeur? Le Mauritius Museum Council gère tous les musées appartenant à l'Etat Mauricien.

 Et d’ajouter : And this brings me to the ever gold conclusion: my photographic museum will be once more hit. Fatally, this is the problem in Mauritius: the more you love your country, the more you want to voice out your anxieties, in truthness, in patriotism without waiting for silence to decorate you and the more you're condemned!
Il y a des objets qu'on ne peut déplacer. Ici le lit à baldaquin de Mahé de Labourdonnais dans un centre commercial à Flacq


Mais la vengeance a ceci de particulier: elle peut frapper sans conscience aucune.
C’est ainsi que la mission du ministre des Arts et de la Culture, Santaram Baboo à Paris obtint qu’une délégation du Musée du Louvre fasse une visite  à Maurice. Deux charmantes dames-es-conseils, Sophie Kammerer-Farant et Clio Karageorghis ont donc visité les Musées mauriciens, dont le Blue Penny Museum et l’Aventure du sucre. Le Musée de la Photographie avait été exclu.
Ce qui m’a poussé à prendre le micro pour signaler ce manque Ministre Baboo (je suis certain qu’il n’est pour rien dans cette lâcheté), à ces deux dames et à l’Ambasadeur français Laurent Garnier, lors de la signature d’un avenant à l’accord cadre culturel à l’IFM le 5 fév. 2016. Question pour un champion: qui nous a exclus? C’est toi ?
         On s’entre-déchire dans le monde muséal mauricien.
Bon, si le ministre des Finances, V. Lutcmeenaraidoo, le Premier Ministre A. Jugnauth, le ministre Santaram Baboo ne viennent pas sur la scène avec cette sincérité et ce courage dont ils ont fait preuve lors de leur accession au pouvoir en déc.2014, alors l’avenir du Musée de la Photographie et celui des autres collectionneurs sera sombre! Messieurs, vous avez le sens du vouloir, d’autres ont le sens du dévouloir !


Sunday, 19 April 2015

Le Ministre des Arts et de la Culture Baboo veut faire de l'Hôpital Militaire une Galerie d''Art National. Il a parfaitement raison mais il a tort de vouloir choisir, comme Navin Ramgoolam et M. Choonee cet emplacement. Si le Ministre X.L. Duval ( qui a la capacité et la force pour changer le PEM, (paysage esthétique de Maurice), veut bien aider M. Baboo, il devrait le déconseiller surtout qu'une radio a annoncé que le budget serait de….5 millions de roupies. Du temps de Ramgoolam on parlait d'un budget de R450 millions! Voir les photos montrant l'intérieur de l'hôpital. Les racines de Peepul ont élu résidence artistique depuis un siècle.

Voici mes raisons retrouvées sur la toile en 2011et la réponse de Alain G G. 






Le 14 mars 11 à 10:01, Tristan Breville a écrit :

Cher Alain, sans vouloir t'emmerder,
je pense que l'hopital militaire n'est pas vraiment indiqué pour la Galerie Nationale.
L'endroit est déjà trop chargé d'histoire !
IL faut  decentraliser et avoir de l'espace vert autour tant pour les parking que pour le jardin d'artistes! L'air salin jouera au trouble fete sur les oeuvres d'Art.
Je ne pense pas que le budget sera un probleme. Et l'Etat possède tellement de jolis terrains dans les 'outskirts' portlouisiens! Tristan

C'est justement parceque l'endroit est chargé d'histoire qu'on le fait là!
Je comprends ce que tu dis sur le plan technique. De toutes les manières il  a des américains et des francais des spécialistes et galeries et conservations de peinture qui vont bientôt venir voir.
Cette galerie doit, pour moi, impérativement être au centre de Port-Louis et aucune part ailleurs. Nous avions eu le chateau de Mon Plaisir, mais j'ai écarté l'idée parceque justement ce n'était pas à Port-Louis.

Alain
 On nous prie d'annoncer le décès de CT Power. Le convoi 

mortuaire quittera son domicile à???? pour se rendre sur la 

falaise de Belle Vue Albion, près du Phare où aura lieu la 

jetée du corps aux requins. Tous les requins (grogro, pitipiti) 

sont aussi invités.

Saturday, 6 December 2014

C'est en février 1994 qu'un violent cyclone s'abbatit sur L'Ile Maurice.
Il s'appelait Hollanda. Port Louis subit de grands dégats et le Musée de la Photographie fut inondé .
Le Jardin de la Compagnie fut ravagé. Les 'Banians', déracinés, tombèrent sur les statues dont deux 'Muses de la Musique' coulées par Antoine Durenne , un sculpteur et fondeur français.  (1822-1895).
Ces deux statues furent enlevées pour être sous la garde du surintendant des Jardins de la Mairie de Port Louis. Elles disparurent. J'avertis Interpol et le Premier Ministre Paul Bérenger.
J'ai écrit à plus de 10 lord-maires. Rien de positif. Puis on retrouva les deux statues dans un store municipal.
Et ce n'est que bien plus tard que, sous la houlette d'un nouveau Surintendant,M. Thondee, les deux statues furent fixés mais dans un autre jardin jouxtant le jardin de la Compagnie.

Sunday, 1 June 2014

J'ai déjà commenté dessus. Mais comme il n'y a pas plus  sourd que celui qui ne veut pas entendre, répétons: ce communiqué est une farce nationale. Ownership of National Heritage?
Le NHF plaisante. Il ne peut sauver que ce qui est inscrit dans son cahier des charges. Il n'a rien fait quand il s'agissait d'empêcher que l'immeuble qui abrite le Musée de la Photographie soit défiguré. "Because it's not on our list", avait dit un responsable. Le NHF devrait faire un état des lieux et inscrire à sa liste tout ce qui doit être sauvé. A condition de faire appel à TOUTE LA POPULATION. Monsieur le Premier Ministre notre patrimoine fout le camp. Demandez à la NHF de Lev Paket Alé!
Les Casernes de Phoenix auraient pu héberger un grand Musée. On a déconné. Les trottoirs de Port-Louis, les plus beaux de l'Hémisphère Sud disparaissent tranquillement. Le Ruisseau des Créoles passant devant l'Hôpital Civil-Jeetoo a été défiguré car les plus belles pierres taillées ont été recouvertes de…béton. Quelle horreur! Je crie pour mon pays. Comment veux-tu qu'on m'aide? Il faut publier la liste des membres de la NHF.

Sunday, 6 April 2014

Savez-vous que:
Le plus vieil objet d'art sur le territoire mauricien est un vase en verre datant de l'an 150 A.D.. Ce vase fut découvert dans les fouilles à Jérusalem en 1960. Il est de couleur violet et marron et mesure +/- 15 cmd x 7cms. Il avait été offert au Premier Ministre mauricien Sir S. Ramgoolam à l'occasion de l'indépendance de l'Ile Maurice en 1968 par le Premier Ministre israélien Levi Eshkol. Pourquoi un cadeau-trésor aussi incroyable? Aujourd'hui ce vase n'a pas de prix mais s'il fallait en mettre un, disons: 2 milliards d'Euros!
Probablement en guise de reconnaissance à SSR pour avoir su faire préserver et entretenir les tombeaux des Juifs au cimetière de Saint Martin Ces Juifs morts dans la prison de Beau Bassin. Ces Juifs de grands talents qui subirent les affres de la couronne britannique durant la seconde guerre mondiale uniquement pour plaire à Hitler.
Ce vase existe-il toujours? La question reste posée.

Friday, 14 March 2014

Le Salon de 2014 fut un enrichissement culturel certain et une bonne maitrise de l'organisation. Bravo Géraldine et Alain. Dommage que certains prix Nobel perdent leur Image et l'estime du pays hôte à travers des considérations enfantines! 
Il faudrait tenter le coup avec un salon de l'Artiste où il peut peindre sur place et vendre ses oeuvres sur place mais avec un esprit moins mercantile. Il faut éduquer la population en lui donnant ce 'pouvoir  d'acheter'.Comme l'ont fait certains pour confluences 2014. Comme l'a fait POV. Une caricature de soi à 400 roupies! Et quel Art de lire! 
La palme d'Or de la Dédicace est attribuée à POV! Voir photo. Deux heures après la fermeture il continuait à dédicacer son livre! Kan ou Pov ou res Pov! 
A l'année prochaine! Tristan Bréville.